Tu ne veux pas pas savoir...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Soldemy] Am I the only one ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Solveig A. Andersen

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 23/02/2016

MessageSujet: [Soldemy] Am I the only one ?   Ven 13 Mai - 23:37

[10/05/2016 14:38:45] Aurélie [PANDO]: Va pour Dem qui organise un truc dans sa vie xD
[10/05/2016 14:40:33] SURICATE.: Du coup, Sol aurait passé une bonne partie de l'aprem à opter pour la bonne tenue et aurait choisi une robe rouge (passion :sem: ) xD Elle aurait aussi fait un effort sur le maquillage et sur la coiffure :sem:
[10/05/2016 14:41:59] SURICATE.: Bon, elle se serait juste bouclé les cheveux d'un coup de baguette xD
[10/05/2016 14:43:05] Aurélie [PANDO]: Lui, se serait dit l'ensemble de la journée que ce n'était pas une bonne idée, il aurait hésité au moins trois fois à tout annuler en fixant davantage le papier à lettre dans le tiroir gauche de son bureau carmin, que la tête déconfite de ses élèves
[10/05/2016 14:44:28] SURICATE.: Elle aurait trépigné jusqu'à 19h en appelant elle-même la baby-sitter et en couvant un peu trop Valerian à cause de l'ennui xD
[10/05/2016 14:44:58] Aurélie [PANDO]: En donnant plein d'indications déjà notées sur parchemin et répétées ? xD
[10/05/2016 14:46:10] SURICATE.: Non, en expliquant assez rapidement la base que toute mère et femme doit connaître xD
[10/05/2016 14:48:16] Aurélie [PANDO]: xDD Il aurait puni ses étudiants d'un devoir beaucoup trop long à rendre pour la semaine suivante, en se disant que s'il lui arrivait quelque chose, il les aurait au moins encore emmerdé un week-end avant de fourrer ses livres trop épais dans sa sacoche en cuir réglisse qu'il emporterait sous le bras afin de remonter les sous-sols, non sans avoir jeté un œil à la salle de potions au passage :sem:
[10/05/2016 14:49:12] SURICATE.: La salle de potion est vide xD
[10/05/2016 14:49:19] Aurélie [PANDO]: Je sais :sem:
[10/05/2016 14:49:23] Aurélie [PANDO]: Mais c'est parce qu'il pense à elle
[10/05/2016 14:49:33] SURICATE.: :heh:
[10/05/2016 14:51:43] SURICATE.: Elle...se serait parfumée et aurait essayé de se détendre en essayant de lire un livre, sans succès. Elle se serait alors dit qu'elle devrait acheter une bonne bouteille de vin pour l'occasion et serait partie plus tôt en enfilant un gros manteau de fourrure. Et elle aurait erré dans les rues à la recherche d'une boutique qui vend du vin :curly:
[10/05/2016 14:56:34 | Modifié (14:57:38)] Aurélie [PANDO]: En se rendant à Snezhna Selo‏, ses pas se seraient arrêtés à l'angle croisant, non pas de peu Solveig quelques ruelles plus loin mais le chemin du retour à l'appartement et un couloir de lâcheté que l'angoisse lui ferait finalement emprunter. Bougonnant de son attitude et du plan à la fois il pousserait le pan boisé grinçant de la Taverne de Tchernobog où il ferait lourdement retomber son sac d'enseignant sur le comptoir, comme un appel de poids au barman xD
[10/05/2016 14:59:24] SURICATE.: Ses propres pas l'auraient finalement conduit dans une petite épicerie où elle aurait trouvé du vin d'Europe de l'Ouest. Un peu incertaine, elle aurait demandé conseil auprès du vendeur dont elle aurait reconnu l'accent italien et avec qui elle aurait commencé à parler, lui demandant les raisons de sa présence en Bulgarie, de quelle ville il vient à l'origine, etc. :mdr:
[10/05/2016 15:10:17 | Modifié (15:15:33)] Aurélie [PANDO]: Après s'être débarrassé de sa commande au pourcentage bien plus élevé que son humeur, sa moue morose aurait par habitude plus que par intérêt relevé différentes présences dans l'établissement avant que son poing posé nonchalamment sur le bar ne se crispe d'en avoir l'épaule dérangée par un contact, une main qu'il aurait dégagé sans ménagement si elle ne s'était pas révélée manucurée. "Demyyaaan ? Mais oui !", que sa détentrice l'apostropha, ne manquant pas de coller le pourtour de sa barbe d'un gloss brillant sirupeux. Devant l'absence de réaction de ce dernier, elle se sentit le malaise de poursuivre tout aussi excessivement enjouée, "C'est Ivy !", s'inventant un surnom qu'il ne lui aurait jamais donné, "Ivanka ! Je vois que tu n'as pas changé, enfin ton expression, ta carrure c'est tout autre chose...". La laissant dans sa contemplation déplacée, le brun s'empara du verre de scotch pour tordre sa mâchoire d'une grimace qu'il n'avait pu se permettre au contact de ses salutations. Rinçant son palais de quelques sournoiseries, il finit par engager la conversation, "Tu n'as pas changé non plus", ce qui était davantage une raillerie qu'un compliment xD
[10/05/2016 15:17:44 | Modifié (15:17:57)] SURICATE.: Après sa rapide conversation, Solveig partirait une bouteille de chianti dans un sac et un morceau de pain italien dans la main qu'elle mâchouillerait le cœur léger. S'imaginant déjà retourner dans leur appartement, son regard se poserait sur les vitre de la Taverne de Tchernobog, ne s'attendant pas à y voir un dos connu, ou plutôt un manteau, dans le genre en cuir. Sourirait, surprise, avant de froncer légèrement les sourcils de voir une main féminine se poser sur son épaule sans qu'il ne la rejette. Jamais il ne parlerait à cette blonde ! Si ? Bon bah si, alors...
[10/05/2016 15:23:58] Aurélie [PANDO]: Un petit sac poilu de luxe se serait déposé près des affaires du legilimens avant qu'un long pardessus ne vienne recouvrir l'ensemble d'un tout désagréable de familiarité, dévoilant une tenue grenadine dont il ne releva que l'outrance. "Je peux ?", qu'elle le questionna sans véritablement en prendre la permission, que son fessier se serait déjà posé sur le tabouret à côté du sien, jambes croisées, "Depuis quand est-ce que tu demandes ?", qu'il ironisa, ce qu'elle prit, évidemment, pour un accord plus que pour une moquerie, lâchant un petit rire après s'être tenu à son bras pour se hisser
[10/05/2016 15:30:57 | Modifié (15:32:16)] SURICATE.: La jeune maman aurait regardé sa montre et la silhouette de ce qui était censé être son copain afin de trouver confirmation : il était en retard et profitait de ce temps pour aller à la Taverne et faire de nouvelles connaissances. Féminines en plus, et blondes, avec un manteau de fourrure affreux et une robe rouge poison. Comme elle un peu... Elle enlèverait donc prestement son manteau malgré le froid et l'installerait sur son bras avant de passer la porte du bar. Sans plus attirer l'attention, elle éviterait de regarder vers eux et se dirigerait l'air de rien vers une autre partie de celui-ci en remettant de l'ordre dans ses cheveux stupidement bouclés. "Une pinte, s'il vous plait" lancerait-elle au patron d'un sourire amer et faussement poli
[10/05/2016 15:37:40] Aurélie [PANDO]: "Ca n'aurait pas été des plus polis de me laisser boire seule, tu le sais bien et puis, c'est si navrant, presque pathétique une femme seule à un bar", qu'elle s'expliquait nasillarde pour finir par pouffer lorsque ses propos se retrouvèrent explicités par l'entrée féminine non accompagnée, "Surtout dans un lieu à la fréquentation particulière mais je ne risque rien, n'est-ce pas", comme pour dire maintenant qu'il lui fallait couvrir ses arrières trop peu protégés de tissu. N'ayant pas remarqué la présence de Solveig, il se serait contenté de combler son manque d'envie de converser par un léger mouvement du menton lui permettant d'occuper sa trachée d'alcool.
[10/05/2016 15:45:33] SURICATE.: S'installerait sur son tabouret en adoptant un visage de femme forte, puisque sa tenue ne reflètait que son potentiel sexy et non son indépendance d'esprit. Le menton nonchalamment relevé, se retiendrait de jeter un regard sur la population du bar, ignorant effrontément les légers murmures qui vantaient déjà la courbe de ses reins, et commencerait à avaler sa bière par grandes gorgées avant d'enfin poser un regard dur sur l'ukrainien. "Zawodzkai, vous ici ?" dirait-elle assez fort (mais pas trop) pour que seul l'intéressé (et l'autre aussi, au pire) la remarque, ne désirant pas attirer tous les regards. Poufferait moqueusement avant de relever le menton et d'avaler encore une lampée d'alcool.
[10/05/2016 15:55:52 | Modifié (15:57:06)] Aurélie [PANDO]: Passant le bout de ses doigts aux ongles cerise sur la surface du comptoir avant de les retirer en grimaçant d'être entrée en contact avec une zone collante, l'autoproclamée Ivy aurait poursuivi ses niaiseries, "Qu'est-ce que je devrais boire ?", à l'instar de ces sorcières cherchant à se faire bien voir ou simplement incapables d'avoir un semblant de personnalité afin d'être en mesure de prendre une décision personnelle. "Tu es une grande fille à présent", qu'il lui rappela narquoisement, "Tu peux choisir...", il expira un soupir et ravala une gorgée de whisky dont l'âpreté brûla ses poumons coupés d'air de reconnaître la voix qui l'interpella cette-fois. Toussant quelques peu d'avoir mal dégluti, il n'osa tout d'abord par se retourner, la première blonde se plaisant à mal interpréter ses propos, "Ca veut dire que tu m'invites ?". Se détournant de l'ancienne connaissance, son buste s'orienta vers la Danoise assise à quelques mètres de sa droite devant sa bière. "Andersen", la réponse n'arrivait pas à choisir entre nécessité de recul et excuse qui ne pouvait se formuler.
[10/05/2016 16:03:29 | Modifié (16:03:54)] SURICATE.: Le regarderait tousser et s'en amuserait en hochant pathétiquement la tête. Sourirait aux deux anciennes connaissances une fois qu'il l'aurait reconnue mais porterait toute son attention sur la seconde jeune femme. "Quelle magnifique robe vous avez là ! Monsieur vous invite quelque part, ce soir ? Il nous avait caché votre existence, en tout cas !" Dirait-elle en récupérant sa bière et en s'installant sur le tabouret à côté de Demyan. Elle tendrait la main vers la nouvelle avec un faux sourire. "Solveig Andersen, professeur de potions à Durmstrang, je suis sa...collègue !" Oui, une "collègue"...
[10/05/2016 16:16:08 | Modifié (16:17:02)] Aurélie [PANDO]: Se mordrait l'intérieur de la joue de la voir s'approcher, occupant les dernières cellules grises, non accaparées à la détailler dans son habillement, à se concentrer à maintenir un semblant de contenance, se retournant vers son fond de liqueur qu'il vida d'une traite pendant que les deux jeunes femmes faisaient connaissance malgré lui, "Oh merciii", rétorqua l'Ukranienne au compliment qu'elle ne retourna que par une politesse hypocrite, ayant parfaitement remarqué qu'elles se disputaient une tenue similaire, "Le rouge est une couleur si séduisante ! La préférée des hommes à ce qu'il paraît", gloussa-t-elle en tendant mollement son poignet la laissant serrer ses doigts plutôt que l'inverse pour finir par les écraser un peu trop, lâchant la menotte l'air de rien. "Il faut excuser Demyan, il est trop absorbé dans ses pensées pour me présenter, je suis Ivanka Soroka, on se connaît depuis toujours", un sourire trop intéressé pour n'être que celui d'une accointance. "On va déjà commencer par un verre", qu'elle lui souffla complice alors que le mangemort abattit son poing sur le bois, plus par agacement soudain que par envie d'attirer l'attention du personnel qui s'empressa pourtant de s'approcher, lui fournissant l'excuse à son geste, "Un autre...", s'échappa de ses lèvres crispées, décalant le contenant vers le barman à défaut de pouvoir repousser l'une des femmes.
[10/05/2016 16:26:08] SURICATE.: Poufferait à la remarque en s'inventant un air de duchesse "Je ne saurais le dire, qu'importe la tenue ou la couleur, les hommes ont toujours bien aimé la manière dont je m'habillait" Qu'importe qu'elle passe pour une allumeuse, la dénommée Ivanka devait penser bien pire à son sujet. "D'ailleurs, j'en attends un pour une petite soirée à deux. Je nous ai acheté du vin italien pour l'occasion" sortirait sa fameuse bouteille pour montrer l'étiquette "du vin italien, rien que ça !" la récupèrerait, soupirerait faussement mélancolique et la remettrait dans son sac. Tressauterait en entendant le poing de Demyan s'abattre sur le bar. "Il est mauvais de boire autant, surtout en si charmante compagnie !" lui reprocherait-elle en avalant son propre bière. Continuerait cependant de s'adresser à lui. "Alors comme ça vous vous connaissez depuis..."toujours" ? Dites m'en plus, il est difficile de croire que vous puissiez avoir des relations de longue date"
[10/05/2016 16:35:50] Aurélie [PANDO]: "Je n'en doute pas", la Soroka coulerait un regard condescendant sur le décolleté semblant jauger ce qu'elle pouvait afin de se rassurer avoir une meilleure image dans sa propre robe rouge, "Et vous l'attendez dans un bar ?", qu'elle chercha à s'emmêler, "En achetant par avance une consommation pour ne pas avoir à trop dépenser pour une bouteille ici ?", un rire ridicule et pourtant moqueur s'échappa de sa poitrine, "Mais je comprends, les boissons sont parfois chères et il n'est pas toujours possible de trouver un homme assez gentleman pour nous inviter mais Demyan s'est proposé de m'offrir un verre", ses phalanges se reposèrent sur la silhouette masculine qui grogna à ce contact, s'agitant brusquement pour s'en débarrasser. "Je vais peut-être prendre du vin d'ailleurs. Pas besoin d'occasion particulière pour en boire ! Garçon !", qu'elle se pencha sur la console boisée, décolleté en premier. Cherchant à ignorer la conversation sans pouvoir s'en défaire, il sortit une banalité en répétant simplement ce qui avait déjà été exprimé, "Depuis toujours...". "Oh tu peux bien lui dire qu'on a grandi ensemble ! Tu adores être mystérieux !", qu'Ivanka le taquina.
[10/05/2016 16:45:10] SURICATE.: "Nous partons dans un hôtel pour la nuit, je ne supporte pas le champagne dans ces grandes suites !" Qu'elle dirait d'un ton mièvre pour lui couper le sifflet. Se mettrait à éclater de rire en l'entendant vanter les mérites de Demyan "Monsieur Zawodzkai, un gentleman ?! Il doit juste bien vous aimer pour vous offrir un verre." lancerait un petit regard amusé vers le père de ses enfants, se moquant discrètement de l'amie d'enfance. "Mais ouii, Ivy, faites péter le vin, il faut bien s'amuser, parfois !" Lèverait sa propre chope qu'elle finirait cul sec et montrerait son verre au serveur comme une demande explicite à être resservie. Le menton reposé sur sa paume, les regarderait se souvenir du bon vieux temps. "Mystérieux ? C'est le mot, on a du mal à imaginer Monsieur Zawodzkai avoir une, une...amie ou encore une enfance. Racontez-moi comment c'était" dirait-elle aux deux en scrutant néanmoins les traits de Demyan.
[10/05/2016 16:55:56 | Modifié (16:56:41)] Aurélie [PANDO]: A l'évocation d'une possible appréciation du brun envers sa petite personne, aurait une expression ravie, entre petit rire exquis et sonorités satisfaites d'être déjà presque victorieuse. "Vous avez raison je vais nous commander une bouteille, sauf si vous préférez rester à la bière en gardant la boisson distinguée pour plus tard. Ca n'aurait pas été plus romantique d'attendre votre rendez-vous pour profiter des effets grisants du vin avec lui ? Pardonnez-moi je deviens indiscrète", elle gloussa à son tour tandis que la Danoise se montrait encore plus impudente quant à son questionnement sur les fréquentations de l'enseignant ou leur passé commun, "Oh vous vous trompez, Demyan choisit simplement soigneusement les gens qui l'entourent", minauda la flavescente en s'incluant visiblement dans le champ des acceptés. "Si vous faites comme si je n'étais pas là, je peux tout aussi bien m'en aller", qu'il leur rétorqua bilieux à toutes les deux. "Mais nooon, reste Yan, c'est plutôt nous qui retardons le rendez-vous de Mademoiselle Andersen", ou comment chercher à la chasser xD
[10/05/2016 17:02:46] Aurélie [PANDO]: Y'a une nouvelle Clothilde :gnoe:
[10/05/2016 17:05:21] SURICATE.: "Prenez le vin, je ne suis pas sûre que mon collègue apprécierait que je tape dans la bouteille qu'il a payée" n'en penserait pas un mot mais s'amuserait à le taquiner, s'autorisant même une tape légère sur l'épaule qui, à la fin, se transformerait doucement en caresse sur le cuir. "et puis, vous avez raison, je devrais garder les effets grisants du vin pour plus tard" Passerait une main dans ses mèches blondes à la mention des gens d'exception que le sang-pur choisissait et se mordrait sensuellement la lèvre en le dévisageant. "Il faudrait que je sois quelqu'un qu'il ait choisi soigneusement pour qu'il supporte ma compagnie" murmurerait-elle avant de se lever de son siège "Mais comme ce n'est pas le cas et que j'ai un rendez-vous qui m'attend, je préfère vous souhaiter la bonne nuit"
[10/05/2016 17:19:06 | Modifié (17:19:31)] Aurélie [PANDO]: Se sentirait irrité, de l'échange, de la situation, des contacts indésirables ou désirés prodigués de part et d'autres. Récupérerait son porte-monnaie de la poche de son pantalon, en sortirait suffisamment pour payer les différentes consommations féminines, faisant tinter son statut de soi-disant radin de quelques pièces. "En parlant de nuit, mesdames, j'ai la mienne qui m'attend", qu'il reprit quelques mots des lèvres de la Danoise en la désignant davantage du possessif que la nuit. "Je te croyais insomniaque", entre déception et surprise l'Ukrainienne cherchait encore à le retenir, sa moue s'affaissant en le voyant récupérer sa sacoche sous le monticule d'effectifs personnels qu'elle avait jeté dessus de son envahissement naturel. "Je peux te raccompagner", qu'elle se proposa, suggestion déclinée d'un rictus masculin, "Allons, Ivy tu n'as pas autant de moustache... Ce sont les hommes qui raccompagnent", lui rappela-t-il les traditions machistes de leur culture rigide, "Profitez de vos vins respectifs, toutes les deux", qu'il précisa à leur encontre en tirant sa révérence ou plutôt simplement son manteau en cuir de ce pub. :sem:
[10/05/2016 17:27:19] SURICATE.: Le regarderait se lever et sourirait, amusée par son excuse et piquée par un léger sentiment de victoire. Les regarderait échanger et se contenterait de murmurer un "on se retrouve...demain à Durmstrang...cher collègue" se lèverait et se hisserait jusqu'à sa joue, lui accrochant l'avant bras pour ne pas qu'il recule. Lui ferait la bise et se glisserait près de son oreille "je te suis". Reviendrait à sa nouvelle amie, une fois seule et soupirerait de joie. "Enfin seules." prononcerait-elle comme une sentence. "Alors, qu'Est-ce que vous faisiez là tous les deux ? Vieilles retrouvailles ? Exs rabibochés ? Amis oubliés ?" Deviendrait un peu plus sèche mais se retiendrait vaillamment en gardant son sourire léger xD
[10/05/2016 17:35:27] Aurélie [PANDO]: Ronchonnerait de voir sa petite-amie vouloir des salutations alors que leur différence d'hémoglobine ne devrait conduire à de l'affection, du moins, en public. Se tiendrait rigide et froid, à l'image d'une statue indifférente qu'on chercherait à embrasser, "N'abusez pas de ma générosité, Andersen", pour souffler tout bas, "Ne reste pas coincée avec", mieux valait-il la prévenir que de se retrouver à attendre jusqu'au petit matin en raison des secrets glanés et d'une double punition féminine; la première parce qu'il l'avait plantée, la seconde parce qu'elle lui attribuerait certainement une conquête jamais faite. Quitterait l'établissement, ses billes roulant une dernière fois sur les mèches blondes en tête à tête. La Soroka garderait ses muqueuses jalouses des adieux contre le verre dont la transparence ne masquait pas vraiment la déception, "Je vous trouve bien curieuse pour une collègue. Vous ne devez pas venir d'ici pour vous intéresser autant à un homme que vous dénigrez. Vous l'avez certainement fait fuir avec vos manières...", rejeter la faute sur l'autre, tout un art. xD
[11/05/2016 00:17:04] SURICATE.: Le regarderait partir avec un grand sourire amusé et reviendrait très vite à Ivy. "Oh, vous savez, il a l'habitude. Et puis, c'est drôle d'avoir des armes pour contrer le sexe dit fort, vous ne trouvez pas ?" Essaierait ainsi de lui faire comprendre qu'elle fait cela avec tous les hommes et que la vie de Demyan l'intéresse bien peu, finalement. "Le professeur Zawodzkai est un homme secret, l'un des rares dans le corps enseignant. En plus de cela, il est legilimens, une plaie pour tous ses collègues, vous imaginez bien..." Allé, donne moi les infooos !
[11/05/2016 00:25:07] Aurélie [PANDO]: Reposerait le verre de vin sur le comptoir, l'âpreté des arômes du rouge contre le palet, à moins que cela ne soit tout autre chose, également de carmin mais aussi cheap que de mauvais goût. Ses billes rouleraient de sa robe à son visage, "J'imagine que certaines y cherchent juste une excuse personnelle à la chosification qui s'opère de toute manière chez les femmes de la part des hommes. Considérer son corps ainsi apprêté comme un pouvoir c'est une façon de voir les choses", à croire que l'alcool lui avait fait perdre sa niaiserie, à moins que sa gentillesse ne se soit allée avec le Zawodzkai. "Si vous vous intéressez tant à sa vie, demandez-lui des cours particuliers de pénétration", le sous-entendu n'aurait pu être plus clair, au contraire de sa voix rongée par l'agacement qu'elle chercherait à masquer de quelques gouttes du breuvage.
[11/05/2016 00:32:54] SURICATE.: S'accouderait au comptoir et regarderait l'autre créature blonde avec un intérêt mal dissimulé "Intéressant..." murmurerait pour elle-même en jaugeant de l'énervement de sa nouvelle acolyte. Saisirait son propre verre et en avalerait une grande quantité avant de le poser sur le bois. "Et vous, pourquoi êtes-vous là, avec ce corps ainsi apprêté ? Vous n'avez pas de rendez-vous..." grimacerait en regardant la porte pour signifier le départ du beau brun "...et vous buvez le vin médiocre d'une taverne de Bulgarie. Moi, j'ai une excuse, j'ai un homme follement amoureux qui doit m'attendre à mon appartement, un enfant de quelques mois et la promesse d'une nuit de sexe torride !" Ses yeux se déplaceraient à son tour des pieds à la tête d'Ivy et finiraient par observer les restes d'un verre presque vide. "Comment saviez-vous que Demyan serait là ?" dirait-elle plus sèchement que ce qu'elle avait prévu
[11/05/2016 00:40:41] Aurélie [PANDO]: Un sourire narquois défigurerait ses traits d'une moquerie certaine qu'elle laissa pour autant distiller en sirotant le liquide grenat, "Pour une femme qui a un homme si follement amoureux à l'attendre dans un appartement miteux avec un môme sur le bras pour une nuit complète d'ébats bouillants, je ne vous trouve pas du tout pressée de rentrer. Vous avez effectivement une excuse pour vous trouver dans cette taverne, mais pas celle que vous imaginez. Qu'est-ce que vous faites encore ici si cette soirée semble si prometteuse à part perdre votre temps ? A moins que vous ne cherchiez à en gagner parce que vos propos sont plus enjolivés qu'autre chose. Le bébé je veux bien vous croire en revanche", aurait jeté ça comme si cela pouvait se voir, trempant sa lippe pour mieux reprendre, "Oh il n'y a pas grand-chose que je ne sache pas de Demyan. Le trouver n'a pas été si difficile mais c'est tellement plus romantique de parler de destin, vous ne trouvez pas ? Parfois le hasard fait si bien les choses"
[11/05/2016 00:47:25] SURICATE.: "Si vous saviez comme les soirées prometteuses deviennent lassantes à force. Je préfère boire en compagnie de jolies inconnues dont l'accoutrement jure avec l'environnement et dont les motifs de leur présence restent très flous" finirait son verre d'une traite. "A la tête de mon collègue, on pouvait clairement lire que le hasard faisait mal les choses. Vous y êtes peut-être allée trop fort sur le décolleté" :sem:
[11/05/2016 00:53:16] Aurélie [PANDO]: "Pour le joli, je ne peux pas en dire autant mais j'imagine que je dois être flattée que vous préfériez passer votre soirée avec moi, loin de votre homme si amoureux qui vous attend désespérément depuis le temps", attendrait qu'on la serve à nouveau pour profiter de la dénommée piquette, "Je ne suis donc pas la seule à avoir remarqué que Demyan regardait sur mes seins", qu'elle débuterait presque ravie, "En même temps, votre robe ne fait pas véritablement le même effet mais chacune fait avec ce qu'elle a, c'est certain", pour ne pas dire rien chez cette enseignante qui serait encore du genre à se crêper littéralement le chignon avec elle si elle s'était montrée un peu plus explicite à lui parler de sa propre poitrine.
[11/05/2016 01:02:49 | Modifié (01:03:13)] SURICATE.: Toiserait Ivy avec sérieux avant de pouffer légèrement. Déposerait son verre sur le comptoir sans qu'il n'en reste une goutte et récupèrerait son sac avant de se lever de son tabouret. "Vous aurez bientôt l'occasion d'admirer les deux attributs que j'ai de plus chers et qui sont magnifiquement mis en valeur par la coupe de cette robe. Je vous laisse à votre attente désespérée de l'homme parfait que vous attendez depuis votre enfance et qui n'a eu d'intérêt que pour son bourbon, peut-être un peu pour ma main sur son épaule mais nullement pour l'affalement de votre grosse poitrine sur le bar. Rassurez-vous, cependant, il y a ici quelques Piotr ou Ivan qui rêveraient de tremper leur biscuit dans un peu de pureté. ça leur changera du vin médiocre !" Se lèverait promptement et dépasserait les portes de la taverne en sautillant et en riant grassement, le cœur battant à mille à l'heure de peur de se faire rattraper par Ivy :sem:
[11/05/2016 01:04:46] SURICATE.: Et Sol rentrerait dans leur appartement, un peu essoufflée xD
[11/05/2016 01:05:01] Aurélie [PANDO]: Ils ne vont pas directement à l'hôtel ? xD
[11/05/2016 01:05:16] SURICATE.: Si mais il faut qu'elle le retrouve, non ? xD
[11/05/2016 01:05:37] Aurélie [PANDO]: Elle sait pour l'hôtel ? xD
[11/05/2016 01:05:53] Aurélie [PANDO]: Elle s'est quand même apprêtée xD
[11/05/2016 01:05:54] SURICATE.: Je pense, mais elle ne doit pas savoir c'est lequel xD
[11/05/2016 01:06:15] Aurélie [PANDO]: Il l'attrapera dans une ruelle alors qu'elle voulait rentrer :sem:
[11/05/2016 01:06:52 | Modifié (01:07:15)] Aurélie [PANDO]: Il lui aurait probablement fait peur et elle l'aurait frappé avec son sac ahahha
[11/05/2016 01:06:56] Aurélie [PANDO]: Sa pochette
[11/05/2016 01:06:56] SURICATE.: Elle dira qu'il s'est trompé de blonde et que l'autre pourrit au bar en s'arrachant à sa poigne xD
[11/05/2016 01:06:58] Aurélie [PANDO]: La pochette :sem:
[11/05/2016 01:07:25] SURICATE.: La pochette :heh:
[11/05/2016 01:07:28] Aurélie [PANDO]: :mdr:
[11/05/2016 01:09:33 | Modifié (01:09:43)] Aurélie [PANDO]: La regarderait se défaire de son étreinte avec une lueur de désespoir dans la cornée, "Solveig...", ferait un pas vers elle pour ne pas instaurer une distance entre eux, pour autant conscient d'avoir peut-être ruiné leur soirée. La première depuis longtemps, qu'ils pourraient ou auraient pu passer à deux. "Elle peut y pourrir encore longtemps...", qu'il résumerait en allant droit à l'essentiel.
[11/05/2016 01:11:03] SURICATE.: "Où transplanons nous ?" Dirait-elle faussement enjouée, convaincue qu'une telle conversation ne pouvait se tenir dans une ruelle du village.
[11/05/2016 01:13:14] Aurélie [PANDO]: "Dans mes bras et laisse-toi transporter", qu'il l'inviterait contre son torse :sem: (elle peut encore refuser alors je ne le fais pas partir tout seul :sem: )
[11/05/2016 01:16:56] SURICATE.: "Si ce n'est pas une technique..." marmonnerait-elle. Finirait par soupirer et accrocherait ses deux mains au cuir de sa veste. Prendrait bien soin de garder ses distances et finirait enfin par poser sa tempe contre son torse. "N'en profite pas pour me ploter" ne pourrait s'empêcher de rajouter xD
[11/05/2016 01:21:42] Aurélie [PANDO]: La ramènerait un peu plus contre lui, mesure de sécurité plus qu'attouchement :hen: , en attirant son bassin vers le sien, l'emportant avec lui dans une distorsion complète du paysage. Il haïssait le transplanage, comme tout déplacement dans les airs à dire vrai mais elle ne le verrait qu'à sa moue déformée à l'arrivée devant un charmant petit établissement en dehors du village. Qu'importait la ville ou le lieu, tant qu'ils se tenaient éloignés du quotidien ou de ceux qui auraient pu les reconnaître
[11/05/2016 01:25:25] SURICATE.: Fermerait les yeux car détesterait aussi ce moyen de déplacement et s'accrocherait davantage à sa veste avant de toucher enfin la terre ferme. Relèverait les yeux vers les siens, observerait ses traits déformés, sourirait et détournerait son attention vers l'hôtel. "On est où ?" demanderait-elle en le lâchant enfin et en scrutant les alentours, essayant de retrouver quelque chose de familier :sem:
[11/05/2016 01:34:21 | Modifié (01:35:57)] Aurélie [PANDO]: "Tu verras bien une fois arrivés à la réception", qu'il maintiendrait sa curiosité en ne lui révélant pas grand-chose si ce n'était qu'il lui proposait de loger derrière les façades qui se présentaient à leurs regards. Il aurait choisi un établissement sans suites et chichis, donc sans personnel afin de les laisser entrer, lui tenant lui-même l'un des portants de sorte à la laisser entrer en premier, ayant passé plusieurs heures à chercher un hôtel qu'elle pourrait qualifier de charmant, à contrario de la stérilité et de l'excès de luxe des étoiles sans pour autant négliger le confort ou la qualité d'avoir voulu jouer la carte de la familiarité en louant une chambre dans un coin perdu du Danemark :sem:
[11/05/2016 01:36:40 | Modifié (01:37:35)] SURICATE.: Entrerait dans l'établissement, un peu surprise par l'environnement. Laisserait la porte s'ouvrir devant elle en remerciant d'un signe de tête le portier et s'approcherait de la réception. "Hum, tu as réservé à quel nom, au fait ?"
[11/05/2016 01:39:29] Aurélie [PANDO]: "En revanche", qu'il débuterait en se raclant la gorge tout en se dirigeant presque à reculons vers l'accueil, "Il va falloir que tu parles... La réservation est à ton nom, enfin, Monsieur et Madame. J'ai jugé le patronyme plus discret, tu comprendras vite pourquoi...", ferait volontairement l'impasse de les avoir fait passer pour un couple marié dans sa missive :sem:
[11/05/2016 01:41:04] Aurélie [PANDO]: Missive qu'il aurait mis des heures à écrire d'avoir dû traduire :sem:
[11/05/2016 01:47:05] SURICATE.: Froncerait les sourcils à force de ne rien comprendre et commencerait par prononcer en bulgare un "bons..." rapidement devancé par un "velkommen". Se tournerait vers Demyan sans comprendre et le cœur plus allégé qu'auparavant. Entamerait assez à l'aise la conversation en se présentant comme Monsieur et Madame Andersen et obtiendrait finalement la clé. Terminerait sur un "mange tak" et saisirait le poignet de l'Ukrainien pour les diriger vers l'ascenseur dans lequel ils monteraient. "Le Danemark ?" Se contenterait-elle de demander, un petit sourire mutin aux lèvres
[11/05/2016 01:53:28 | Modifié (01:54:11)] Aurélie [PANDO]: Resterait planté comme un poteau à côté d'elle en cherchant à avoir l'air détendu et non pas d'un tueur en puissance prêt à dévaliser l'établissement. Marmonnerait après elle la fin de sa dernière phrase, abandonnant la réception sur un "tak" sans comprendre de quoi il s'agissait et s'en moquant en toute honnêteté. Une fois dans la cabine, détournerait ses iris de l'indicateur lumineux des étages, "Tu aurais préféré une autre destination ?", qu'il la picoterait tout en gardant la paume près des boutons, "Je peux arrêter la montée et on repart...", le commentaire se voulait davantage espiègle que les propos d'un type prêt à s'en aller à la première excuse xD
[11/05/2016 01:57:59 | Modifié (01:58:12)] SURICATE.: Sourirait doucement de l'intention mais continuerait à regarder dans le vide. "Il y a des endroits plus chauds comme le Brésil ou la Thaïlande" le taquinerait en retour. Le regarderait enfin franchement "Le Danemark est un charmant choix de destination, je n'imaginais pas que tu y penserais" laisserait un silence gênant s'installer entre eux, gardant toujours une certaine distance avec l'Ukrainien. Sortirait enfin de l'ascenseur et commencerait à chercher le numéro de la clé xD
[11/05/2016 02:02:26] Aurélie [PANDO]: "Tu avais envie de chaleur...", qu'il relèverait intéressé en la suivant hors de l'ascenseur se sentant prédateur rien que d'avoir tenu un sous-entendu à marcher légèrement derrière elle, de l'avoir sentie distante, voire sur la défensive après ce qu'il s'est passé au bar tantôt. Le souvenir s'étalerait contre les murs du couloir jusqu'à disparaître devant une porte et l'arrêt de leur progression. "Madame Andersen", l'inviterait à entrer ne sachant lui-même guère ce qu'ils retrouveraient derrière cette serrure xD
[11/05/2016 02:06:33] SURICATE.: Ouvrirait la porte sans plus prêter attention à sa remarque et se retrouverait devant une charmante chambre éclairée naturellement et meublée sans grand chichi mais avec beaucoup de goût. En ferait tomber son sac à main, heureuse de constater que le papier peint était moins jauni que celui de leur location et que le lit semblait bien trop confortable. S'y précipiterait et s'allongerait tête la première dans les draps :sem:
[11/05/2016 02:12:45] Aurélie [PANDO]: Son torse laisserait échapper un soupir soulagé, il aurait pu se jeter des falaises en rentrant s'ils avaient retrouvé une chambre de bonne ou autre logement de mauvais goût. Pour sûr qu'elle se serait gaussé de lui pendant des semaines. :sem: Loin de respirer le faste, la pièce se montrait accueillante, coquette et invitante à en croire la Danoise qui s'était déjà affalée sans plus attendre sur le lit. Refermerait derrière eux avant de faire quelques pas, s'appropriant moins facilement que la jeune femme des lieux, trop habitué à ses repères quotidiens qu'il bousculait pour elle. "C'est très... danois", qu'il ferait remarquer, tout en zieutant vers elle.
[11/05/2016 02:15:21] SURICATE.: Sourirait béatement en profitant du moelleux des draps et roulerait sur le dos pour mieux apprécier le confort. Ses yeux se poseraient finalement sur Demyan qu'elle dévisagerait longuement. "Tu aurais préféré quelque chose de plus...ukrainien ?" petite remarque innocente :sem:
[11/05/2016 02:20:16] Aurélie [PANDO]: Noterait une pointe d'ironie en référence à son ancienne connaissance. Roulerait des globes jusqu'au plafond d'avoir encore une fois à penser à elle sans le désirer. Viendrait s'assoir en bord de matelas, "C'est une façon de me dire que je dois dormir dans la baignoire ? S'il y en a une", qu'il rectifierait, "ou tu as pris une chambre pour deux en me laissant me débrouiller avec le personnel si je souhaite me coucher cette nuit ?", ne pourrait s'empêcher de penser qu'elle lui en veut suffisamment pour lui faire regretter de ne pas avoir emporté de dictionnaire ukrainien-danois.
[11/05/2016 02:23:09] SURICATE.: Se redresserait sur le matelas pour se mettre à sa hauteur et le regarderait gravement sans pour autant donner de réponse à ses deux questions. "Qu'Est-ce que tu faisais là-bas avec elle après tes cours ? Pourquoi étais-tu à la Taverne ? Le destin vous a réuni, ou une connerie dans le genre ?" ne s'énerverait pas, essaierait juste de comprendre cette partie de flou
[11/05/2016 02:28:04] Aurélie [PANDO]: Pris en faute, ne la regarderait qu'en partie, "Il fallait que je... décompresse" ou comment excuser sa lâcheté de ne pas assumer la pression que représentait ce tant attendu temps à deux depuis que le destin comme elle l'appelait les avaient menés à être trois, et non à retrouver une greluche de son enfance dans une taverne miteuse alors qu'il cherchait uniquement à respirer ou à avaler quelques verres pour se donner une once de contenance "J'ignorais qu'elle serait là et ce qu'elle faisait à Snezhna Selo", la sincérité dans le timbre pour seule défense.
[11/05/2016 02:32:01] SURICATE.: "Décompresse..." reprendrait-elle sans trop comprendre. Pourquoi ? Le Danemark l'impressionnait-il tant que ça ? A moins que ce soit la perspective de passer une nouvelle nuit ensemble dans un endroit plus charmant que leur propre appartement ? Ne répondrait pas tout de suite à ses confessions, baisserait la tête un peu hésitante, le cœur battant plus vite. "Elle était qui pour toi avant moi ?" dirait-elle d'une plus petite voix en jouant avec les franges du dessus de lit
[11/05/2016 02:37:11] Aurélie [PANDO]: "Personne...", débuterait-il puisqu'il le pensait mais il saurait qu'elle ne pourrait se satisfaire de cette réponse ni du silence qui en aurait suivi, contraint d'apporter davantage de détails, "Nos parents se connaissent. J'ai plus ou moins grandi avec elle. Elle aurait pu être une sœur ou une cousine", qu'il l'écarterait de toute idée d'attirance de sa part mais pas de celle de la jeune femme, "Peut-être même que tu l'as déjà vue à l'époque... me courir après à Durmstrang", si 'tu t'étais un peu intéressée à moi et non à Pavel' qu'il se retiendrait de rajouter, la regardant bêtement s'amuser avec le couvre-lit.
[11/05/2016 02:44:00] SURICATE.: Elle aurait le cœur qui bondirait joyeusement dans sa poitrine et qui s'accompagnerait d'un sentiment de fierté qui évaporerait le doute qu'elle avait pu ressentir. "J'ai bien peur de ne pas avoir beaucoup de souvenir de cette époque. Pourtant, elle devait déjà avoir les deux gros obus qui lui servent de poitrine et qu'elle dépose sous le nez de tous les garçons" A ces mots, coulerait un regard vers Demyan pour observer sa réaction. "Pourquoi ça ne s'est pas fait ?" Hésiterait "je veux dire...elle est assez jolie comme fille. Un peu trop obnubilé par toi et blessante à mon égard mais à part ça..."
[11/05/2016 02:49:58] Aurélie [PANDO]: Déguiserait sa propre déception de ne pas faire partie de son passé, du moins, pas à sa connaissance, ni à celle qui lui aurait arraché, en un sourire quelque peu forcé mais suffisamment rare sur son visage pour presque paraître naturel. "Elle en jouait", qu'il admettrait, "mais ça marchait avec d'autres", pour ne pas dire pas avec lui parce qu'il préférait les poitrines menues par sa faute. "L'obsession ne date pas d'hier", dévierait le focus sur Ivanka plutôt que sur la sienne pour Solveig datant de l'adolescence. Il partageait quelque chose sans le vouloir avec l'ukrainienne. "Mais qui peut lui en vouloir ? Elles étaient plusieurs à être folles de moi en ce temps là", 'sauf toi....'
[11/05/2016 02:55:24 | Modifié (02:56:05)] SURICATE.: "Tu la défends bien" qu'elle marmonnerait pendant qu'il expliquerait la situation délicate d'Ivy, ne pouvant s'empêcher de penser que jamais il ne parlerait d'elle ainsi avec quelqu'un. Tilterait sur sa dernière remarque et poufferait devant son manque de modestie. "Elles étaient combien ?" demanderait-elle d'une voix plus mielleuse. "Et tu as offert ton corps auxquelles ? Tu crois qu'il en reste à Durmstrang ?" 'à part moi'
[11/05/2016 03:01:36] Aurélie [PANDO]: "Je ne la défends pas", qu'il s'offusquerait de la voir lui attribuer pareil comportement, grommelant sous sa barbe que c'était bien la peine de chercher à s'expliquer. Verrait l'amusement lui transcender le minois et lui ferait remarquer, "Tu te moques de moi", comme si elle n'arrivait pas, à raison, à l'imaginer grand tombeur de ces dames. "Une poignée", préférerait rester vague, ce qui laissait place à l'interprétation entre pas trop peu et beaucoup trop. "Tu devrais plutôt dire : Et combien t'ont offert leur corps. Ce serait plus proche de la réalité. Pour autant je ne ferais pas de décompte. Tu ne te souviens de toute façon pas de cette période, tu ne pourrais pas attribuer de visage à leurs noms", l'oubli en excuse.
[11/05/2016 03:05:50] SURICATE.: "C'est assez vague, tout ça" soupirerait-elle. Lèverait rêveusement ses longues jambes vers le plafond, faisant descendre le bas de sa robe sur le haut de ses cuisses et reprendrait. "Elle sait combien tu en as eues ?" ferait une nouvelle fois référence à Ivy "Elle doit savoir beaucoup de choses sur ton passé, beaucoup de choses que tu refuses de me révéler tandis que toi tu es capable de lire le mien en ouvrant mon cerveau..."
[11/05/2016 03:09:44] Aurélie [PANDO]: Se passerait nerveusement la main sur le menton, passant ses phalanges dans le sens puis à rebrousse-poils, à l'instar de cette discussion qui avait le chic de le rendre plus mal à l'aise que le changement de décor. "Probablement qu'elle a compté", qu'il lâcherait en soupir, se rendant bien compte quel désespoir il pouvait y avoir à voir défiler les conquêtes devant ou plutôt sur l'être aimé. "De quoi vous avez parlé quand je suis parti ?", chercherait à dévier le sujet pour ne pas avoir à répondre.
[11/05/2016 03:18:18] SURICATE.: Ricanerait moqueusement sans pouvoir s'empêcher de penser que cette fille puait le désespoir. "Oh, de pas grand chose. Elle est aussi fermée que toi quand il s'agit d'aborder votre enfance et votre rencontre, en fait. Vous iriez bien ensemble !" dirait-elle l'air de rien "elle a aussi sous-entendu que mon ventre de femme enceinte se voyait encore, que ma vie sentimentale devait être au bord du précipice puisque je préférais papoter avec une parfaite inconnu et que j'avais de petits seins qui n'attireraient personne, surtout pas toi" :sem:
[11/05/2016 03:24:35] Aurélie [PANDO]: "Notre rencontre", ricasserait à son tour, "Si c'était pour te dire qu'elle m'a bavé dessus enfant et qu'elle a continué à le faire par la suite sans pouvoir approcher une seconde fois sa salive, il est certain que votre discussion aurait pris une toute autre tournure", toute forme d'amusement se retrouverait aspirée, détraqueur de la bonne humeur, à la remarque sur leur complémentarité, "Evidemment, elle est pure et bien-née, que demander de plus ?", se renfrognerait. "Si avoir deux souaffles sur le buste me plaisait, ça se saurait..."
[11/05/2016 03:33:15] SURICATE.: Rirait en même temps que lui, moins bruyamment bien sûr, de ces rires timides mais sincères qui n'ont pas envie qu'on les remarque. Se ferait plus sérieuse en entendant sa remarque sur la naissance. "Tu demandes plus...ou plutôt moins, avec moi" Rirait de nouveau en le voyant se renfrogner et passerait son pouce sur ces traits froids et ronchons "ça veut dire que ma petite poitrine te convient tout de même ?"
[11/05/2016 03:40:07] Aurélie [PANDO]: "Mais qu'est-ce que tu racontes..." Se rapprocherait, venant se placer au-dessus d'elle sans pour autant se jeter sans manières sur sa bouche. Son index filerait sur sa poitrine jusqu'à emporter le tissu de sa robe vers le bas, échancrant doucement le décolleté se faisant plus prononcé. Ses muqueuses suivraient le même tracer instigué, ne se contenant pas de son plexus découvert qu'elles embrasseraient à plusieurs reprises non loin de son cœur mais remonteraient sur chaque bombé où l'affection se ferait plus insistante. Pourquoi parler lorsqu'il pouvait lui prouver son intérêt ? :sem:
[11/05/2016 03:51:09 | Modifié (03:51:37)] SURICATE.: Le souffle plus instable, l'observerait se rapprocher de son corps. S'arrêterait de respirer alors qu'elle croiserait son regard, qu'elle sentirait l'un de ses doigts se perdre entre ses seins et que ses lèvres rejoindraient les petites choses tantôt moquées. Fermerait les yeux et s'autoriserait à soupirer lourdement, appréciant et les baisers et le moelleux du matelas. Déposerait les deux paumes de ses mains sur le crâne de Demyan, l'encourageant sans brutalité à continuer ses caresses. "Je lui ai répondu que mes deux attributs arrière rattrapaient au moins cette..." long soupir de satisfaction "poitrine déficiente. Tu approuves ?"
[11/05/2016 04:03:15 | Modifié (04:08:39)] Aurélie [PANDO]: Paupières closes profiterait au moins autant qu'elle de se retrouver le nez niché entre ses seins, dernièrement davantage occupés par leur fils et ses petites gencives douloureuses :sem: dont il jalousait presque la place, que par ses propres lèvres. Ne l'écouterait que d'une oreille évoquer à nouveau Ivanka, ce qui l'amènerait à soupirer, menton relevé vers elle. "Déficiente de rien du tout", qu'il parlerait davantage à ses seins qu'à leur détentrice tout en passant ses mains vers le matelas, sous ses fesses après les avoir glissées le long de ses flancs vers le bas de son bassin. Les bien-nommés attributs fermement en mains, remonterait le bas de son corps, une expiration bruyante s'enfuirait contre la peau de son buste qu'il embrasserait de plus belle, ses hanches appuyées contre lui :sem: (font à nouveau des trucs pervers ne peuvent pas s'empêcher :mdr: )
[11/05/2016 04:10:58] SURICATE.: Se laisserait doucement faire, grimaçant parfois de douleur en le sentant s'approcher de zones maltraitées par leur fils. Le mal ne serait que passager car très vite chassé par la douceur infligée par Demyan. L'autoriserait à jouer avec son corps comme s'il s'agissait d'une poupée de chiffon, se décalant légèrement pour qu'ils soient tous les deux plus à l'aise. En sentant son rythme cardiaque s'accélérer tout comme la fréquence et la passion des baisers, murmurerait "Dem...il faut que l'on fête cette nuit en tête à tête" n'était-ce pas ce qu'ils faisaient ? "j'ai la bouteille de Chianti dans mon sac" comme s'il s'agissait d'une excuse valable :sem:
[11/05/2016 04:18:55] Aurélie [PANDO]: Ne quitterait ses fesses que pour chercher à les attirer tous deux sous les draps, tentant de repousser le couvre-lit de sa droite, gardant la gauche sur le bas de son échine et les couvertures autour d'eux. Aurait lové ses baisers plus marqués en les remontant vers son cou. Ne se serait pas attendu à ce qu'il s'échappe de ses cordes vocales une invitation à la dégustation de vin alors que le sac à main qui le contenait trônait encore près de l'entrée. Ferait tout d'abord comme s'il n'avait rien entendu, scellant leurs bouches de son désir en espérant qu'elle oublie cette idée. xDD
[11/05/2016 04:29:23] SURICATE.: Les yeux clos, entrouvrirait la bouche en gardant un semblant de sourire satisfait à la commissure de ses lèvres. Elle ne capterait rien des mouvements alentours, bien trop occupée par ce qui se passait déjà sur son corps. Ils auraient pu être su matelas de neige que son corps aurait continuer à bouillir. En le sentant remonter contre son cou, repousserait doucement les lèvres à cause de la surprise avant d'attirer davantage son visage vers l'épiderme. Commencerait à l'emprisonner de ses deux longues jambes en équerre. Les yeux toujours fermés, pourrait bientôt apprécier le goût de sa bouche, renvoyant la même passion à l'ukrainien en croquant avec appétit le moelleux de ses lèvres. "Nous ne sommes quand même pas bien raisonnable" réussirait-elle à murmurer entre deux souffles au cœur. :sem:
[11/05/2016 04:40:37] Aurélie [PANDO]: En la sentant l'entourer de ses interminables atouts, se montrerait soulagé contre ses lèvres qu'elle partage son envie. L'une de ses paumes remonterait le long de sa cuisse qu'il longerait , passant et repassant sans pouvoir se lasser de cette partie, "Pas... r...", ne terminerait pas ses dires que sa nuque se reculerait pour mieux la dévisager pour se tourner lentement en direction de la porte. "Va... pour le vin...", qu'il lui accorderait, la respiration saccadée, ne l'ayant jamais forcé à quoi que ce soit. Se redresserait sur ses genoux, réajusterait son pantalon pour finalement descendre du lit, le bas-ventre douloureux et les expirations irrégulières. Irait lui chercher son sac qu'il viendrait lui déposer sur la literie. Lui laissant récupérer la bouteille pour ne pas fouiner dans ses effets personnels, se disant par avance qu'il manquerait à la fois les verres et le tire-bouchon xD
[11/05/2016 04:54:32] SURICATE.: Perdue dans ces échanges passionnés, se cambrerait sous lui pour le sentir plus proche. Le sentirait la lâcher et accompagnerait son mouvement de recul en se redressant et en gémissant un "Demyan..." ridicule. Le verrait tourner la tête vers la porte et embrasserait fougueusement la peau de son cou pour le retenir et le faire revenir à leur occupation. Le laisserait partir à contre cœur vers son sac à main et remettrait difficilement sa robe en place ; une bretelle serait largement rabaissée, dévoilant presque la totalité de son sein droit alors qu'il n'y aurait plus de mystères à découvrir sous sa robe puisque les pans seraient vulgairement remontés. Le verrait bientôt revenir avec le sac dont elle sortirait la bouteille qu'elle lui tendrait "tu l'ouvres ? Je vais chercher des verres si j'en trouve" tituberait sur quelques mètres (il lui fait déjà tourner la tête :sem: ) et se stabiliserait avant d'entrer dans la salle de bain. Y disparaîtrait pour revenir avec deux récipients en verre mais sans pied. "ça fera l'affaire, tu crois ?"
[11/05/2016 05:07:29] Aurélie [PANDO]: "Je m'en occupe", visiblement, grommellerait-il :sem: Ses pupilles s'écarquilleraient en la voyant quitter les draps pour chanceler vers la salle d'eau, sourcils relevés, à deux doigts de lui demander si elle se sent bien xD Se questionnerait tout à fait sérieusement si elle avait continué de boire après son départ à la taverne ou s'il lui faisait tout simplement cet effet alors qu'ils étaient encore vêtus, bien que leurs habillements avaient été dérangés. Par vanité opterait pour la seconde déduction. "Tu aurais probablement préféré que je lèche de la Cachaça de ton nombril au Brésil mais le vin italien au Danemark dans des verres à brosse à dents, ça nous fera voyager aussi", ne rigolerait que légèrement en allant récupérer sa baguette dans son manteau. D'un sortilège extirperait le bouchon de la flasque, le ferait sauter comme s'il s'agissait d'un champagne festif en direction du plafond, effleurant le luminaire et attendrait qu'elle dépose les récipients sur la table de chevet de sorte à les remplir. "Skål à cette nuit ?", qu'il chercherait à trinquer en ayant joyeusement écorché la prononciation
[11/05/2016 05:18:22] SURICATE.: S'imaginerait un instant sur une table à manger, du liquide sur le ventre, Demyan à en dérober la saveur. Rirait de gêne d'en avoir peut-être eu envie (encore une technique pour qu'elle ait de nouveau envie de lui :sem: ). S'esclafferait en voyant le bouchon sauter et déposerait les deux verres de brosse à dent avant de s'asseoir à côté de lui sur le lit. Le regarderait verser en laissant traîner sa main sur sa cuisse et finirait par saisir son verre. Sourirait un peu en l'entendant prononcer un mot en danois et approcherait ses lèvres des siennes pour soupirer un "Skål" qui n'avait bien sûr qu'un but instructif (même si elle en profiterait pour donner un coup de langue sur sa lèvre supérieure :sem: ) Retournerait à son verre et en avalerait une grande gorgée "Aaaaaah ! Il est quand même meilleur que celui de la Taverne !"
[11/05/2016 05:26:52 | Modifié (05:27:12)] Aurélie [PANDO]: S'il avait eu accès à ses pensées, il aurait probablement rajouté un passage dans lequel il aurait fait couler du jus de citron vert dans son décolleté, éparpillé du sucre de canne au-dessus de son maillot et fait fondre quelques glaçons sur son corps pour la transformer en caipirinha humaine. Abandonnant l'état d'Amérique latine à ce songe, il aurait perdu le fil de leur activité lorsqu'elle aurait léché l'une de ses lippes, simple apéritif à la rasée qu'elle s'octroya de son verre sous son regard étonné. Goûterait au vin puisqu'il tiendrait l'un de contenants après l'avoir quelque peu remué mais non à celui-ci qu'il reposerait sur la table de nuit mais aux muqueuses de la danoise. "Meilleur qu'à la Taverne...", il n'y avait rien à dire :sem:
[11/05/2016 05:37:19] SURICATE.: Apprécierait l'alcool et fermerait les yeux pour en apprécier davantage le goût, passant la langue sur ses lèvres pour en apprécier quelques gouttes perdues. Lancerait un petit cri de surprise en sentant des lèvres se substituer au vin et sourirait entre ses lèvres, l'embrassant en retour. Passerait sa main tenant son verre sur les côtes du legilimens et l'attirerait davantage à elle pour intensifier leur baiser qui réchaufferait bien plus son corps. Les arrêterait à un moment en pouffant comme une enfant "attends, attends..." et boirait de nouveau l'alcool, trouvant le mélange des deux des plus fameux Rattraperait ses lèvres et les entraînerait en arrière sur le lit, lançant au passage le verre vide qui irait s'écraser sur le sol xD
[11/05/2016 05:38:58] SURICATE.: Elle le laisserait tomber sur les draps près d'eux alors xD
[11/05/2016 05:39:11] Aurélie [PANDO]: Tu crois qu'il ferait long feu sur le lit toi xD
[11/05/2016 05:39:42] SURICATE.: Si Dem et si à cheval sur la vaisselle, il le récupérera xD
[11/05/2016 05:40:14] Aurélie [PANDO]: C'est de toute façon elle qui devra expliquer le verre cassé à la réception :sem:
[11/05/2016 05:40:32] SURICATE.: Ce sont des sorciers xD
[11/05/2016 05:40:47] Aurélie [PANDO]: Elle le réparera alors :mdr:
[11/05/2016 05:54:36 | Modifié (06:00:20)] Aurélie [PANDO]: De verre à bouche ou de bouche à bouche, le liquide écarlate circulerait, conférant à leurs baisers une saveur différente. Après le tabac froid contre la langue et le palet, elle ne pouvait qu'apprécier des notes plus acidulées et moins persistentes. Entre les tâches sur les draps d'avoir bu dans le lit et le son d'un objet qui partait en éclat contre le parquet, un certain lâcher-prise tout à fait délicieux et entraînant aurait pris place entre eux, l'amenant étonnement à desserrer la bride de sa retenue si stricte en même temps que la ceinture de son jean. Il ignorait si c'était le lieu, la chambre, les rideaux hideux, les boissons ingérées ou le besoin viscéral de la retrouver mais l'intensité de leur échange s'en retrouvait assurément décuplée. Incapable de s'échapper de ses lèvres dont elle l'avait rendu prisonnier, le reste de son corps se pressant plus fortement au sien, ses doigts tentaient tant bien que mal de commencer à les dévêtir. Sa précaution habituelle de ne rien précipiter ou casser dans l'élan avait été gommée par une fougue trop longtemps contenue. Celle qu'il lui cachait, de laquelle il l'épargnait trop souvent jusqu'alors. Ne désirant ni la brusquer, ni la blesser de trop l'aimer, de trop la désirer.
De leurs lippes, on entendrait un éclat de rire sourd, la sorcière devenant de plus en plus grisée par la situation. Le souffle déjà court, elle partirait à la recherche des boutons de chemise, tâtant précipitamment et hasardeusement son buste. Si elle avait été plus calme et moins enivrée (d'amour et de vin frais), peut-être les aurait-elle trouvés du premier coup ! Là, elle s'animerait comme si elle n'avait pas le temps, remontant ses doigts pour empoigner des mèches brunes, tirant sur le bas de la chemise pour au moins le sortir du pantalon noir, attrapant sa mâchoire pour le dominer l'espace d'un instant. Avec le temps, aurait réussi à entrouvrir son col de quatre ou cinq boutons et finirait par tirer la chemise en arrière pour dévoiler une épaule et un début d'omoplate auxquels elle se raccrocherait xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Soldemy] Am I the only one ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wonder Neverland :: Durmstrang :: L'académie-
Sauter vers: